BATEAUX SANTONS


Depuis les lourdes barques à voiles de cuir des Santons, témoins d’un trafic maritime avant l’époque romaine, jusqu’aux puissants chalutiers et chalands ostréicoles d’aujourd’hui en passant par toute une palette de voiliers jusqu’à l’avènement de la motorisation, on a su ici entre Charente et Gironde concevoir des bateaux bien ciblés sur les activités du bassin de la Seudre maritime.

HISTORIQUE DES MARINS DE LA SEUDRE


LES SANTONS

Grande voile de peau tannée et longs avirons ! C’est avec ces barques « à clins » hautes de francs bords, décrites par Jules César, que les marins Santons sont allés en 56 avant notre ère prêter main forte aux galères romaines pour anéantir les Vénètes au sud de l’Armorique.
Cette collaboration peut s’expliquer par le contexte de concurrence entre les Santons et les Vénètes pour le négoce maritime actif, notamment le sel et le minerai d’étain d’outre-manche


LES ARABES
A défaut de connaître leurs navires, on sait que des colonies arabes sont restées basées en presqu’ile d’Arvert au VIIIème siècle. Ils étaient de "hardis marins". La tradition orale en conserve la mémoire à Mornac et Antioche.


SUR L’ALBUM DE COLBERT

Un témoignage très précis sur les différents types de bateaux à l’époque de Louis XIV est donné par « l’Album de Jean Jouve (dit album de Colbert) publié en 1679. Cet ouvrage sur les flottilles entre Nantes et Bayonne consacre deux planches sur vingt-quatre à notre secteur, l’une pour les bateaux de la Seudre, l’autre pour ceux de Mornac. Sur chacune, quatre types de bateaux sont présentés avec leurs activités. Ils sont armés dans les ports de Ribérou, Dercie, Chalon, Mornac, Chaillevette, Avallon et la Tremblade. Ce sont des voiliers de cabotage et de pêche depuis les trois-mâts « terre-neuviers » jusqu’aux chaloupes de pêches saisonnières, telle la sardine et de dragage des huîtres et des moules.

LE TRAFIC MARITIME


LE SEL DE SEUDRE

Le sel de Seudre était très apprécié des pays scandinaves et des négociants néerlandais. Au port de Bergen en Norvège, on le préférait pour le salage des « rogues », les oeufs de morue expédiés vers la Bretagne et utilisés comme appâts pour la pêche à la sardine.
Dans ce trafic du sel, les Hollandais ont été très actifs. On leur doit les premières cartes des « achenaux » (des chenaux) tel Recoulaine. Au XVIIIème siècle, le sel blanc du Liman (secteur entre Mornac et l’Eguille) reconnu pour sa qualité était coté au marché d’Amsterdam.
En l’an 1712 on enregistre soixante-douze demandes de chargements de sel devant Mornac par les Néerlandais.


LES USAGES DES PECHEURS MORNAÇONS

Après les voiliers, caboteurs et chaloupes gréées depuis les temps anciens à voiles carrées, les gréements à corne et voiles auriques se sont imposés en Seudre au cours du XIXème siècle.
Les bateaux de pêche les plus importants de huit à douze mètres, très toilés, étaient grées en sloop ou en cotre (soit avec une ou deux voiles d’avant).
Du côté des usages traditionnels, il faut noter chez ces marins de Mornac la pratique des apports groupés. Lorsque les vents étaient contraires, les captures de tous les bateaux, à l’abri dans l’anse de Gatseau, étaient rassemblées à bord d’une seule embarcation menée à l’aviron par une bordée de volontaires. Ceux-ci remontaient la Seudre à la rame pour le débarquement de toutes les pêches au port de Mornac où le poisson était pris en charge par les femmes des pêcheurs. Les autres équipages au mouillage restaient en attente du retour de leurs collègues apportant des vivres frais et surtout du pain.


LA NAVIGATION OSTREICOLE

Dans le travail des huîtres développé en Seudre depuis le début du XVIIIème siècle, les embarcations ont toujours évolué. Pratiquant le dragage sur les gisements naturels, les chaloupes puis les yoles ont servi les besoins des « huîtriers », les précurseurs des ostréiculteurs (ce mot n’apparaît qu’en 1875) qui exploitaient déjà en 1730 plus de sept mille claires sur la rive gauche de la Seudre.
Pour garnir les bassins d’élevage et d’affinage, on a fait appel à partir de 1850 aux chasse-marées bretons venant livrer des huîtres plates vendues à la barrique et repartant souvent avec des fûts de vin. Il s’agissait de palier l’épuisement des bancs naturels d’huîtres soumis à la surexploitation.
Avec le développement des élevages ostréicoles, à partir des années 1870, les sloops, yoles et lasses ont été de plus en plus sollicités. Puis, pour faciliter le travail, de nouvelles embarcations à faible tirant d’eau sont apparues : les pinasses motorisées puis dans les années 1950 les « bacs » à cabines avancée, remorquant de grandes lasses !
Dans les années 1970 la nouvelle mutation des cultures surélevée provoque l’avènement de nouveaux équipements navigants. Ce sont les chalands de grande capacité, puissamment motorisés et maintenant dotés de moyens de levage très performants.


LES ROCHELAIS A MORNAC

De l’époque médiévale on relève le droit d’ancrage perçu par le Seigneur de Mornac pour les bateaux en attente de la marée jetant l’ancre en Seudre sur le banc de Mouillelande devant Mornac.
Côté trafic maritime, les négociants rochelais ont longtemps utilisé Mornac pour le transit des marchandises en période hivernale vers Bordeaux pour éviter les dangereuses passes de la Gironde. Des navires de la Rochelle sont même venus livrer bataille en 1433 et ravitailler la garnison du donjon de Mornac affamée, ceci par un astucieux va et vient entre la mature des bateaux et le donjon de Mornac, une fortification du XIème siècle du même type que la tour de Broue.


LA PECHE DU "POISSON VERT"

Au XVIème siècle, c’est la pêche du « poisson vert », la morue, qui est pratiquée à partir de la Seudre, dans le sillage des Basques qui venaient charger de grandes quantités de sel.
Une soixantaine de ces « terre-neuviers » ont été armés pendant plus d’un demi-siècle pour ce que l’on appelait « la grande aventure ». C’étaient des voiliers à trois mâts pouvant jauger jusqu’à cent quatre vingt tonneaux et embarquer dix-huit hommes.


LA PECHE DE PROXIMITE (SEICHES, CREVETTES GRISES, PETONCLES ET DRAGAGE DES HUITRES)

Plus modestes en taille et en voilure, les yoles de Seudre ont longtemps marqué une navigation de proximité. Ceci pour les pêches – seiches, crevettes grises, pétoncles – et pour le dragage des huîtres. A faible tirant d’eau, les coques des yoles construites en forme, se remarquaient par leur étrave à marotte triangulaire (un nez de « goret », de cochon).
Différentes, car à fond plat, les lasses souvent dotées d’une dérive et propulsées à voiles et aux avirons, étaient utilisées surtout pour le travail des huîtres sur les parcs et la petite pêche de proximité, tels « l’avenau » (pour l’anguille, le mulet et les plies), les petits chaluts à crevettes grises ou la drague à pétoncle. Leur taille est variable selon l’utilisation recherchée, soit plus de sept mètres pour charger plus d’une tonne d’huîtres, ou moins de cinq mètres pour une petite lasse de « galope chenaux » des hauts de Seudre.