L'estran


L’estran est la bande de terre faisant partie du littoral, recouverte par les marées hautes et découverte à marée basse. C’est aussi la différence de dénivelé séparant le point le plus haut et le point le plus bas du niveau de la mer, en fonction de la marée.

La durée d'exondation (le retrait de la mer) des différentes parties de l'estran dépend de leurs emplacements par rapport au niveau moyen de la mer et du nombre de marées par jour.

Il constitue un biotope spécifique, qui peut abriter de nombreux sous-habitats naturels.


Les marais maritimes doivent en partie leur existence aux végétaux qui les couvrent, piègent et retiennent les sédiments fins qui freinent l’érosion.

En considérant les côtes bordant des mers présentant des marées importantes, il est aisé d'observer trois systèmes principaux :


* LES COTES ROCHEUSES : ces substrats durs permettront l'installation d'algues, de zostères et lichens qui pourront servir de nourriture à certains animaux ( crustacés tels les crabes, différents coquillages, mollusques comme les étoiles de mer, anémones, crevettes et poissons).
Les irrégularités de ce même substrat ainsi que les algues présentes leur fourniront aussi des abris de choix.

* LES PLAGES, qu'elles soient de sable ou de galets, correspondant à des zones d'accumulation (parfois d'érosion) de sédiments.
Ces substrats mous ne permettront que très difficilement la fixation d'algues ou de plantes.
Les animaux seront plus rares et le plus souvent en position endogée ( enfouis dans le sable)

* LES ZONES ESTUAIRIENNES, où les apports terrigènes sont plus ou moins importants, se déposant sous forme de boues.
Dans les régions tropicales et équatoriales, où les fleuves ont des débits hors du commun, avec des apports terrigènes considérables, ces zones donnent naissance aux mangroves

LA DIRECTIVE HABITATS définit 5 grands types d'habitats côtiers, subdivisés en plusieurs sous-types :



Marais et prés-salés atlantiques et continentaux

o Végétations pionnières à Salicorne et autres espèces annuelles des zones boueuses et sableuses
o Prés à Spartine (Spartinion maritimae)
o Prés salés atlantiques (Glauco-Puccinellietalia maritimae)
o Prés salés intérieurs



Eaux marines et milieux à marées

o Bancs de sable à faible couverture permanente d'eau marine
o Herbiers à posidonies (Posidonion oceanicae)
o Estuaires
o Replats boueux ou sableux exondés à marée basse
o Lagunes côtières
o Grandes criques et baies peu profondes
o Récifs



Falaises maritimes et plages de galets

o Végétation annuelle des laisses de mer
o Végétation vivace des rivages de galets
o Falaises avec végétation des côtes atlantiques et méditerranéennes



Marais et prés-salés thermo-atlantiques et méditerranéens

o Grands marais arrière-littoraux de Charente-Maritime sur un sol argileux compact connu sous le nom local de « bri ».
o Marais « gâts » résultant de l’aménagement par l’Homme d’anciens schorres endigués pour la production de sel et présentant une succession de bassins (les « jas ») de forme et taille variables et de bosses (les « bossis »).
o Marais plats, non aménagés par l’Homme, mais présentant encore souvent un micro-relief hérité des anciennes formes du schorre



Dunes maritimes

o Dunes mobiles embryonnaires
o Dunes mobiles du cordon littoral à Ammophila arenaria (dunes blanches)
o Dunes côtières fixées à végétation herbacée (dunes grises)
o Dunes à argousiers, à saules ou boisées
o Dépressions humides intradunales

Référence et informations complémentaires: "Cahiers d'habitats français". Tome 2: Habitats côtiers. NATURA 2000