Reconstruction d'une cabane de Saunier


Les cabanes de sauniers, connues aussi sous le nom de "loges ", sont les plus anciennes constructions sur le marais de la Seudre. Leur origine remonte au haut Moyen Age, en même temps que le développement des salines évoqué déjà sous Dagobert lorsque le roi enleva au duc d'Aquitaine les droits sur les marais salants pour les donner à l’abbaye de Saint -Denis.


Autrefois, chaque famille travaillant sur le marais avait sa cabane pour remiser les outils et se protéger des intempéries, le tas de sel, le" mulon", se trouvant à côté. Aujourd'hui la construction de ce type d'arial, ouvert à tous, permet des haltes bien appréciées lors des visites à la fois pédagogiques et reposantes.

C’est donc d'abord pour sauver de l'oubli la vie des générations qui ont façonné ce milieu que des cabanes de sauniers ont été reconstruites à l'ancienne dans le cadre de chantiers associatifs bénévoles de "L'Huitre Pédagogique ". Elles sont trois, édifiées sur le territoire de Mornac sur Seudre : l'une sur le site de démonstration de Téger, la seconde près du chenal de Plordonnier sur la prise des Graves et la troisième près de la maison du Grimeau, ancienne demeure de familles de sauniers, au centre du village.



LES SAVOIR-FAIRE TRADITIONNELS

La cabane “traditionnelle”. La cabane de bois et de roseaux est la plus ancienne. De réalisation simple, elle est faite d'un ensemble de bois brut, en général des troncs de châtaigniers, arc-boutés en hauteur et tenus latéralement (sans aucune pointe). Cette charpente est recouverte de fagots de roseaux bien serrés (autrefois liés par des liens d'osier) et placés verticalement en recouvrement.

Adossée aux vents d'hiver, la cabane est toujours ouverte à l'est, à l'abri de la pluie. Bien sûr, ce type de réalisation, relativement fragile, demande un entretien régulier notamment pour assurer la bonne étanchéité. Cela fait l'objet de chantiers conviviaux permettant un transfert des connaissances et des savoir-faire traditionnels, ce qui est l'un des objectifs de " L'Huitre Pédagogique ".

Un détail lié à la vie des sauniers : sur la rive droite de la Seudre, les cabanes étaient conçues pour y vivre toute la semaine, à cause de la longue distance pour rejoindre les villages. Elles étaient donc dotées d'une cheminée pour la cuisson des repas. Ce qui n'était pas le cas sur la rive gauche, l'habitat, comme à Mornac, étant près des marais salants.