la vie du littoral en danger - appel à Me la Ministre

 

 

 

                                      La vie du littoral charentais en danger !

                       

                                 Appel à Madame la Ministre de l’écologie

 

Madame la Ministre,

 

Dans la sérénité, malgré l’angoisse vécue par les professionnels de la conchyliculture mais avec détermination « l’Huître Pédagogique » vous adresse un appel en faveur de la reconquête  de la qualité des eaux sur le littoral charentais

Les besoins d’une bonne qualité environnementale  côtière mise en lumière par la crise des surmortalités dans les productions conchylicoles, étaient examinés lors des Rencontres d’Automne du bassin de la Seudre organisées ce 4  Octobre 2014 à Mornac sur Seudre par « l’Huître Pédagogique »  qui exprimait sa solidarité avec la profession dans sa quête du retour d’une bonne qualité des eaux.

A partir de témoignages précis, d’une réflexion sur l’actualité et d’un rappel des &actions de l’Association depuis 30  ans sur les mêmes aspects qualitatifs, le  point a été  fait sur la crise et ses enjeux  pour l’avenir  du milieu côtier de la Région. Trois intervenants aux compétences reconnues ont apporté leur contribution, Messieurs Philippe FAVRELIERE, spécialiste des cultures marines, Alain BERTIN ostréiculteur , ancien  Président de Marennes-Oléron et Géry POULARD, patron de pêche côtière.

 

                             Une dégradation  généralisée de la qualité des eaux.

 

Au-delà des faits connus, surmortalité des naissains depuis 7  ans, puis des  grosses huîtres pour la deuxième saison, pertes considérables de moules de printemps, les interrogations portent sur les causes .

Les  observations scientifiques font état d’agents pathogènes nouveaux , virus et bactéries, d’une élévation de température  des eaux océaniques et l’hiver dernier  d’une forte pluviométrie. En résumé on évoque des «  causes multifonctionnelles environnementales et climatiques ».

 

Les professionnels qui en subissent les effets désastreux, y compris humains avec désespoir, dépression et jusqu’au suicide , constatent une détérioration du milieu. On assiste selon eux «  à une dégradation générale de la qualité des eaux conchylicoles ». Ils évoquent différentes sources de pollution : produits phytosanitaire et engrais de l’agriculture intensive, débordements de stations d’épuration des eaux usées, écoulement direct des eaux pluviales, absence d’épuration des produits pharmaceutiques … etc..

 

                                            Toute la vie côtière concernée

 

Ainsi, c’est bien en direction de l’amont- toutes les eaux descendent à la mer !- que doit se combattre ce fléau croissant des atteintes au milieu côtier.

Le  désarroi aujourd’hui de la conchyliculture jusqu’ici peu ou prou garante de la bonne  qualité du littoral , nous alerte tous, habitants permanents ou visiteurs sur la côte charentaise. Si la salubrité des parcs est compromise, qu’en sera-t-il des eaux de baignade ?  Au mois d’août, après les orages, Royan a du fermer ses plages.

On le voit c’est toute la vie côtière qui est concernée. Les enjeux sont à la fois écologiques et économiques à travers la conchyliculture, la pêche côtière et le tourisme littoral. Il s’agit d’une menace sérieuse quant à un développement durable pour les territoires côtiers de la Région Poitou- Charentes .

Loin des polémiques alimentées par les rumeurs, loin des affrontements entre partisans de la mer des loisirs et ceux de la mer du travail, et en respectant le rôle des scientifiques , les Rencontres d’Automne ont incité au dialogue et … à l’action.

 

                                       Réorienter les territoires côtiers

 

Certes il y a la législation sur l’eau, sur le littoral, sur les critères de salubrité. Certes il y a les directives européennes. Certes il existe des structures , par exemple les S.A.G.E ( schéma d’aménagement et de gestion des eaux) de la Charente , de la Seudre et de la Gironde. Certes, le projet d’un parc marin couvrant tout le littoral charentais est à l’étude. Mais  au-delà n’est-il pas nécessaire d’envisager le plus vite possible une réorientation des actions de la puissance publique pour le littoral ?

Ce serait, par exemple, un suivi pour l’analyse des eaux  -en rivière et en mer côtière -  avec possibilités d’intervention immédiate en cas  de rejets nocifs.

Ce serait aussi une nouvelle orientation pour les activités utilisant des polluants. Pourquoi ne pas favoriser une agriculture biologique en fonction de la protection du littoral ?

Ce serait encore le développement du lagunage pour la purification des eaux usées. L’exemple de la ville de Rochefort sur ce sujet est significatif !.

Enfin devrait s’engager un réaménagement des bassins versants et des zones humides de façon à réduire, voire  à éradiquer les pollutions.

En bref, nos territoires côtiers de la Région devraient faire l’objet de sérieuses protections contre les risques bien réels de détérioration de la biodiversité. Ceci avec toutes les conséquences pour la vie humaine.

 Quand les coquillages crèvent toute la vie littorale est en danger !

 

Voilà Madame la Ministre, le sens de notre appel depuis Mornac sur Seudre dans le bassin de Marennes –Oléron en ce 4  Octobre 2014.

 

Avec notre confiance dans votre attention, Veuillez Agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

 

 

 

 

                                   Le président et le vice-président de « l’Huître Pédagogique »

                                             Jean-Claude LEBRUN , Roger COUGOT

 

 

 

PS : cet appel a été voté à l’unanimité  par l’Assemblée Générale de « l’Huître Pédagogique » le 4  Octobre 2014 à Mornac sur Seudre

 

 

 

                                      La vie du littoral charentais en danger !

                       

                                 Appel à Madame la Ministre de l’écologie

 

Madame la Ministre,

 

Dans la sérénité, malgré l’angoisse vécue par les professionnels de la conchyliculture mais avec détermination « l’Huître Pédagogique » vous adresse un appel en faveur de la reconquête  de la qualité des eaux sur le littoral charentais

Les besoins d’une bonne qualité environnementale  côtière mise en lumière par la crise des surmortalités dans les productions conchylicoles, étaient examinés lors des Rencontres d’Automne du bassin de la Seudre organisées ce 4  Octobre 2014 à Mornac sur Seudre par « l’Huître Pédagogique »  qui exprimait sa solidarité avec la profession dans sa quête du retour d’une bonne qualité des eaux.

A partir de témoignages précis, d’une réflexion sur l’actualité et d’un rappel des &actions de l’Association depuis 30  ans sur les mêmes aspects qualitatifs, le  point a été  fait sur la crise et ses enjeux  pour l’avenir  du milieu côtier de la Région. Trois intervenants aux compétences reconnues ont apporté leur contribution, Messieurs Philippe FAVRELIERE, spécialiste des cultures marines, Alain BERTIN ostréiculteur , ancien  Président de Marennes-Oléron et Géry POULARD, patron de pêche côtière.

 

                             Une dégradation  généralisée de la qualité des eaux.

 

Au-delà des faits connus, surmortalité des naissains depuis 7  ans, puis des  grosses huîtres pour la deuxième saison, pertes considérables de moules de printemps, les interrogations portent sur les causes .

Les  observations scientifiques font état d’agents pathogènes nouveaux , virus et bactéries, d’une élévation de température  des eaux océaniques et l’hiver dernier  d’une forte pluviométrie. En résumé on évoque des «  causes multifonctionnelles environnementales et climatiques ».

 

Les professionnels qui en subissent les effets désastreux, y compris humains avec désespoir, dépression et jusqu’au suicide , constatent une détérioration du milieu. On assiste selon eux «  à une dégradation générale de la qualité des eaux conchylicoles ». Ils évoquent différentes sources de pollution : produits phytosanitaire et engrais de l’agriculture intensive, débordements de stations d’épuration des eaux usées, écoulement direct des eaux pluviales, absence d’épuration des produits pharmaceutiques … etc..

 

                                            Toute la vie côtière concernée

 

Ainsi, c’est bien en direction de l’amont- toutes les eaux descendent à la mer !- que doit se combattre ce fléau croissant des atteintes au milieu côtier.

Le  désarroi aujourd’hui de la conchyliculture jusqu’ici peu ou prou garante de la bonne  qualité du littoral , nous alerte tous, habitants permanents ou visiteurs sur la côte charentaise. Si la salubrité des parcs est compromise, qu’en sera-t-il des eaux de baignade ?  Au mois d’août, après les orages, Royan a du fermer ses plages.

On le voit c’est toute la vie côtière qui est concernée. Les enjeux sont à la fois écologiques et économiques à travers la conchyliculture, la pêche côtière et le tourisme littoral. Il s’agit d’une menace sérieuse quant à un développement durable pour les territoires côtiers de la Région Poitou- Charentes .

Loin des polémiques alimentées par les rumeurs, loin des affrontements entre partisans de la mer des loisirs et ceux de la mer du travail, et en respectant le rôle des scientifiques , les Rencontres d’Automne ont incité au dialogue et … à l’action.

 

                                       Réorienter les territoires côtiers

 

Certes il y a la législation sur l’eau, sur le littoral, sur les critères de salubrité. Certes il y a les directives européennes. Certes il existe des structures , par exemple les S.A.G.E ( schéma d’aménagement et de gestion des eaux) de la Charente , de la Seudre et de la Gironde. Certes, le projet d’un parc marin couvrant tout le littoral charentais est à l’étude. Mais  au-delà n’est-il pas nécessaire d’envisager le plus vite possible une réorientation des actions de la puissance publique pour le littoral ?

Ce serait, par exemple, un suivi pour l’analyse des eaux  -en rivière et en mer côtière -  avec possibilités d’intervention immédiate en cas  de rejets nocifs.

Ce serait aussi une nouvelle orientation pour les activités utilisant des polluants. Pourquoi ne pas favoriser une agriculture biologique en fonction de la protection du littoral ?

Ce serait encore le développement du lagunage pour la purification des eaux usées. L’exemple de la ville de Rochefort sur ce sujet est significatif !.

Enfin devrait s’engager un réaménagement des bassins versants et des zones humides de façon à réduire, voire  à éradiquer les pollutions.

En bref, nos territoires côtiers de la Région devraient faire l’objet de sérieuses protections contre les risques bien réels de détérioration de la biodiversité. Ceci avec toutes les conséquences pour la vie humaine.

 Quand les coquillages crèvent toute la vie littorale est en danger !

 

Voilà Madame la Ministre, le sens de notre appel depuis Mornac sur Seudre dans le bassin de Marennes –Oléron en ce 4  Octobre 2014.

 

Avec notre confiance dans votre attention, Veuillez Agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

 

 

 

 

                                   Le président et le vice-président de « l’Huître Pédagogique »

                                             Jean-Claude LEBRUN , Roger COUGOT

 

 

 

PS : cet appel a été voté à l’unanimité  par l’Assemblée Générale de « l’Huître Pédagogique » le 4  Octobre 2014 à Mornac sur Seudre